Lettres d'Amérique Rupert Brooke

RUPERT BROOKE

Préface : HENRY JAMES

Traduit et présenté par JEAN PAVANS

15,00 TTC

Description

« C’était ainsi que l’imagination le suivait en toute
confiance : il faisait tout ce qui pouvait être fait à l’époque

(telle était sa note la plus moderne), mais accomplissait les

nuances les plus fines de ces actes bénis avec une ponctualité

poétique qui n’avait d’égale que sa sincérité sociale.
» (Préface
de Henry James.)

Le regard énamouré du vieil Henry James, dans cette

préface, tout dernier texte de l’écrivain américain, s’attache à

suivre la trajectoire du jeune et brillant poète anglais, doué

de tous les dons, qu’il s’apprête à rejoindre dans la tombe.

Du 22 mai 1913 au 6 juin 1914, Rupert Brooke voyage aux

Amériques, d’où il fait suivre, pour la
Westminster Gazette,
une série d’articles-reportages, qui seront publiés à titre

posthume, dès 1916, avec la préface de James. Brooke pose

sur les lieux, les peuples et les coutumes qui s’offrent à lui

un regard pénétrant, tendre, d’où transparaît la fascination

exercée par le Nouveau Monde sur un jeune représentant de la

Vieille Angleterre. Ses facultés poétiques trouvent pleinement

à s’employer dans les nouveautés du voyage : gratte-ciel de

New York, grandes plaines du Canada, chutes du Niagara…

Cette imagination échevelée, cette expérience d’une terre

neuve, vierge de mythes à peupler, n’empêchent pas le jeune

socialiste idéaliste qu’il est, proche des idées des « Fabiens »,

de s’exercer à saisir les contradictions d’une jeune république

pleine de vitalité, d’avenir, mais déjà le dollar et la division

des classes règnent en maîtres.

Auteur

Rupert Brooke (1887-1915) fait partie de ce qu’on
a appelé, plus ou moins justement, les
war poets anglais, qui
ont participé au renouveau de la poésie anglaise à la veille et

durant la Première Guerre mondiale. Il fut sans doute l’étoile

filante la plus brillante de cette génération, s’attirant une

renommée immédiate. Il exerça une grande fascination sur ses

contemporains comme ses ainés : qu’on pense aux louanges

amoureuses que lui adresse Henry James, ou à Yeats, qui le

décrit comme « le plus beau jeune homme d’Angleterre ». Sa

trajectoire poétique, toutefois, fut coupée brutalement, en

plein vol : en 1915, à 27 ans, il meurt d’une septisémie sur

le navire militaie qui doit l’amener, avec son régiment, sur le

front méditerranéen. Il est enterré dans un champ d’oliviers,

sur l’île grecque de Skyros.

Fiche technique

Collection Pangée
Format : 140 x 190 mm

200 pages

Prix : 15 €

isbn
: 9782492908156
Sortie : 5 mai 2022