Le Procès de la solidarité – La justice et l’affaire de Riace

Retour sur le procès infamant de Mimmo Lucano, ancien maire de Riace

17,00 TTC

Description

Par Giovanna Procacci, Fulvio Vassallo Paleologo et Domenico Rizzuti. Préface d’Éric Fassin.

1998 : un groupe de 250 Kurdes échoue sur la plage de Riace, petit village de Calabre laissé quasiment à l’abandon par l’exode rural. Les maisons sont en ruines, l’école fermée et la région est soumise à la plus dure des mafias : la ’Ndrangheta. Les habitants de Riace portent secours à ces nouveaux venus. Le « modèle Riace » devient alors un exemple mondialement reconnu… Mais en 2017, le décret ministériel Minniti sur l’immigration tombe comme un couperet et les problèmes s’accumulent. Mimmo Lucano, le maire du village, est arrêté, déchu de ses fonctions, assigné à résidence puis interdit de séjour pendant onze mois.
La Cour de révision, le Conseil d’État et la Cour de Cassation l’absolvent de tout reproche, il revient au village libre mais un nouveau procès qui se déroule à Locri entre 2019 et 2021, le condamne à treize ans et deux mois de prison. Après l’appel de Mimmo Lucano, à la lumière du cadre accusatoire et des peines demandées par le ministère public de Reggio Calabria, en accordant une attention particulière aux évaluations éthiques et juridiques qui caractérisent l’ensemble de l’affaire Riace, citoyens solidaires, universitaires en sciences sociales et juristes réfléchissent au jugement du Tribunal de Locri.